Transgabonaise :les personnes impactées par les travaux de la SAG entre le PK12-PK35 trouvent le sourire

0 563

Alors qu’elle poursuit la construction et l’agrandissement de la voie entre le PK12 et le PK35, dans le cadre du projet de la Transgabonaise, plus de 1260 personnes ont été impactées par ce projet qui donnera un nouveau visage à l’axe Libreville-Ntoum.

Les travaux de réaménagement du premier tronçon de la RN1 menés par la Société autoroutière du Gabon (SAG) ont un impact social positif sur les populations environnantes au projet. En effet, alors que la SAG grâce à l’appui du fonds français Meridiam poursuit avec la phase d’agrandissement de l’axe PK12-PK35, ce sont plus de 1260 personnes sont affectées par le projet (PAP).

HeaderOlamBanner

Pour accompagner la réinstallation ou la pérennisation des activités économiques et culturelles de ces personnes, 13 Comités locaux de suivi (CLS) ont été mis en place. Ils servent de passerelle entre les personnes impactées par le projet (les PAP) et la SAG. Dans le cadre du projet, ce partenariat social a facilité à la SAG la mise en œuvre de sa politique d’accompagnement social qui se concrétise avec la restitution des moyens de subsistance et la réinstallation des personnes dont la destruction des habitations était visée par le projet.

Sur les plus de 1200 personnes visées par le projet, 77 ont directement impacté. De ce chiffre, 12 ont accepté la reconstruction de leurs habitations détruites à cause du passage du projet. « Aujourd’hui nous sommes à 11 maisons construites, parce qu’il y a une dernière qui est en cours de construction. Il convient toutefois de noter qu’au départ nous avions plus de 70 personnes impactées physiquement par le projet, mais qui malheureusement n’ont pas accepté la compensation par la reconstruction des maisons, mais ont préféré prendre de l’argent. Ce qui explique qu’à la fin nous n’avions que 12 personnes qui ont accepté la reconstruction », a expliqué Rebecca Oniane, Responsable social à la SAG à l’occasion d’un voyage de presse le week-end écoulé.

Sur les 12 maisons bénéficiant du suivi de la SAG, 7 sont des auto-construction et 5 des constructions par le projet. D’une superficie tournant entre 40 et 80m2, la plupart de ces maisons bénéficient d’un excellent confort. Plus solides, certaines de ces habitations étaient construites en planche. Pour dame Jacqueline Mengue Minko, une habitante de Nkoltang, c’est la satisfaction même si la délocalisation de son commerce situé autrefois en bordure de route change ses plans. Même écho pour Cledrique Nguema Ndong, C’est un plaisir. « Au début lorsque le projet est arrivé, on était un peu sceptique parce qu’il y a beaucoup de choses qui se passent dans notre pays après ça ne marche pas. Ils sont venus vers nous, on s’est dit pourquoi pas ? La SAG a été très professionnelle, elle nous a rassuré et nous a accompagnés dans le déroulement des travaux des travaux pour la réalisation de cette maison », souligne-t-il.

En plus de changer la configuration et le visage de la national 1 en 2×2 entre Melen et le PK40, le projet de construction de la Transgabonaise dont les travaux sont conduits par la SAG et appuyés par le fonds Meridiam a également permis de construire des maisons modernes aux personnes impactées. Pour Selim Bejaoui, directeur général de la SAG, ces impacts s’inscrivent dans la durabilité souhaitée du

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.