Mine de fer de Belinga : plus de 5000 emplois directs attendus avec un impact positif sur les communautés

0 560

l’embauche prioritaire sera accordée aux nationaux dans cette exploitation, ont convenu le président de la Transition et le ministre des Mines. Le président de la Transition, Brice Clotaire Oligui Nguema, a réitéré sa feuille de route au ministre des Mines, Hervé Patrick Opiangah, au cours d’une audience qu’il lui a accordée vendredi dernier au Palais du bord de mer.

HeaderOlamBanner

Parmi les recommandations fixées par le chef de l’Etat quant à ce chantier, l’employabilité des nationaux figure en bonne place. “Au centre des recommandations de la feuille de route, il sera question d’embaucher massivement des nationaux(…) Le projet Belinga permettra la création de 300 emplois directs dans la première phase, tandis que la seconde phase offrira jusqu’à 5000 emplois directs, sans compter la sous-traitance”, a expliqué Hervé-Patrick Opiangah Poursuivant, le ministre a indiqué que la même priorité aux Gabonais sera exigée au partenaire Reminac, également dans l’exploitation du fer, du côté de Franceville, dans la province du Haut-Ogooué.

Tout comme à l’opérateur économique chinois en phase d’installation à Ndjolé, dans le Moyen-Ogooue.La formation des compatriotes ne sera pas en reste. Car des mécanismes seront mis en place pour former les jeunes dans l’activité minière, a ajouté le membre du gouvernement. L’objectif étant, à terme, de ne solliciter l’expertise extérieure qu’en cas de nécessité. C’est donc à un développement harmonieux du secteur minier que le ministre Hervé Patrick Opiangah est appelé par le Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions (CTRI ). Dans ce sens, l’autorité ministérielle a annoncé, entre autres garde-fous, la réhabilitation de la Brigade minière, pour un contrôle effectif des exploitants, et pour éviter la fuite des capitaux comme par le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.