GABON : INDUSTRIE DU MANGANÈSE

0 64

Le Ministre des Mines vient d’échanger avec certaines personnalités influentes du secteur minier gabonais avec objectif de mieux cerner les réalités lies a ce milieu. 

Le Ministre des Mines, Hervé Patrick Opiangah, a eu ce jeudi 21 septembre 2023, une séance de travail avec une délégation du Groupe mondial Eramet, conduite par son Directeur des Opérations, M. Kleber De Souza E. Silva. Celui-ci était accompagné de Leod Paul Batolo, Administrateur Directeur Général (ADG) de la Compagnie Minière de l’Ogooué (Comilog), filiale gabonaise du Groupe français Eramet, de Martial Rufin Moussavou, Président du Conseil d’Administration (PCA) et de M. Loïse Tamalgo, Délégué Général d’Eramet en Afrique. L’objet de cette visite a consisté à présenter leurs civilités au nouveau ministre des Mines, mais surtout, à expliciter les activités d’Eramet dans notre pays.

HeaderOlamBanner

Selon l’ADG de la Comilog, le bilan de la compagnie est positif, car l’activité y est en croissance depuis plusieurs années. « Nous sommes en train de préparer notre niveau de production autour de 7,5 millions de tonnes cette année, et un niveau de transport d’embarquement qui va se situer autour de 2,3 millions de tonnes » , a déclaré M. Batolo.

La Comilog a tout de même connu des difficultés liées aux incidents ferroviaires, notamment l’affaissement de terrain entre les gares d’Offoué et Booué, qui a maintenu les trains à quais du 24 décembre 2022 au 18 janvier 2023, a-t-il poursuivi.

Au nom des autorités de la Transition, le Ministre des Mines a, de son côté, tenu à rassurer ces partenaires économiques du respect des engagements du gouvernement, pour un développement fort et durable de l’activité minière au profit des populations. Hervé Patrick Opiangah a ainsi insisté sur la nécessité de la création des richesses, la transparence de l’activité minière, et surtout le respect du taux fixé pour le recrutement des nationaux dans ce secteur.

Dans ce sens, le membre du gouvernement a promis « le suivi tous les 3 mois des avancées de la politique de RSE de la Comilog, et la présence permanente de l’administration des Mines au chargement de chaque train minéralier, pour une meilleure conformité des déclarations de production. Mais aussi, la mise en place des opérations de contrôle, pour consolider le système déclaratif « .

D’après le représentant du Groupe français, c’est une coopération qui se passe correctement, grâce à l’esprit d’ouverture de la partie gabonaise qui souhaite que le pays demeure une référence en matière de transformation responsable des ressources minérales de la terre, à travers le respect des éléments environnementaux, sociétaux, la bonne gouvernance, ainsi que l’alignement aux standards internationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.