France. La France a annoncé un niveau maximal de menace terroriste

0 804

Les autorités françaises ont annoncé le niveau maximum de menace terroriste après l’assassinat d’un instituteur dans la commune d’Arras, dans le nord du pays, et dans un contexte de menaces croissantes liées à la crise en Israël.

Selon cette source, un niveau de risque d’attentat terroriste a été introduit, qui est le troisième niveau maximal dans le cadre de l’actuel plan antiterroriste Vigipirate.

HeaderOlamBanner



France: une nouvelle interpellation d’un homme armé d’un couteau à l’entrée d’une école

À Limay, dans les Yvelines, la police a arrêté un homme armé d’un couteau à l’entrée d’une école. C’est ce qu’a rapporté la chaîne BFMTV. Il est indiqué que l’individu est connu pour radicalisation.

L’homme ayant tenté de s’introduire dans une école à Arras a été arrêté

La police a arrêté un homme portant des valises suspectes qui avait tenté de s’introduire dans une autre école de la commune d’Arras, dans le nord de la France. C’est ce qu’a rapporté la chaîne de télévision BFMTV.

Selon la source, il avait deux valises et un sac à dos. Les démineurs ont été mobilisés sur place.

L’école dans laquelle l’inconnu a tenté de s’introduire se trouve à 200 mètres de l’établissement scolaire où un enseignant a été tué et deux autres personnes blessées lors d’une attaque dans la matinée.

Comme le rapporte BFMTV, on ne sait pas pour l’instant s’il y a un lien entre cet incident et l’attaque qui s’est produite dans l’école voisine.

Meurtre à Arras

Un peu plus tôt, un ancien élève de l’école, âgé de 20 ans, avait attaqué l’établissement à l’aide d’un couteau. Un professeur de littérature est mort sous ses coups. Un agent de sécurité de l’établissement est hospitalisé dans un état grave et un autre enseignant est dans un état moyen. L’agresseur et son frère ont été arrêtés.

Comme le note BFMTV, le frère aîné du détenu avait déjà été condamné à cinq ans de prison pour participation à un groupe terroriste, ainsi qu’à un an et demi de prison pour apologie du terrorisme.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête sur l’attentat.

Le président français Emmanuel Macron et le ministre de l’éducation Gabriel Attal se sont rendus sur les lieux de l’incident.

Un autre meurtre d’enseignant

L’attaque à l’école a eu lieu à Arras près de trois ans après le meurtre de l’instituteur Samuel Paty, survenu le 16 octobre 2020.

L’auteur de l’attentat a égorgé la victime, a tenté de menacer les policiers arrivés sur place et a été abattu. Le chef du bureau du Pnat, Jean-François Ricard, a déclaré que le meurtre avait été précédé d’une campagne sur les médias sociaux qui aurait été lancée par le père d’un élève après que Samuel Paty eut parlé aux enfants des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. Des images similaires ont déjà été à l’origine d’attaques terroristes en France.

Enseignant tué à Arras: le parquet antiterroriste français a ouvert une enquête

Le parquet national antiterroriste (PNAT) français a ouvert une enquête sur la mort d’un enseignant et les blessures infligées à deux autres personnes dans une école de la commune d’Arras, dans le nord de la république. Cette information a été communiquée à l’agence TASS.

« En relation avec l’attaque qui a eu lieu à Arras, le PNAT a lancé une enquête sur l’affaire », indique le communiqué.

Comme l’a rapporté la chaîne BFMTV, un ancien élève d’une école d’Arras, âgé d’une vingtaine d’années, prétendument un ressortissant tchétchène fiché S (pour « radicalisation »), armé d’un couteau, a fait irruption dans l’établissement. Un professeur de lettres a été tué, un agent de sécurité est dans un état critique avec de multiples blessures, et un autre professeur est dans un état moyennement grave.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.