Subvention aux médias : où est le gain ?

0 82

C’est mauvais en ville, le chapitre du gain des journaleux emmène les palabres et le bruit commence.

Où est le gain des journaleux ?

Le ministre de port Gentil avait pourtant certifié devant les médias que le gain est déjà là. Sur 72 postulants, seuls 45 avaient été retenus pour bénéficier des 127 (bâtons) prévus pour l’aide à la presse, exercice 2022. Le manquement de ça. Alors que les ayants droit attendaient le paiement effectif de cette modeste enveloppe par le Trésor public, des révélations, d’abord faites par Échos du Nord indiquaient que le fichier des bénéficiaires avaient été exigé par les gars d’en haut là-bas

Puis,Mingoexpress, notre confrère en ligne, en avait fait mention, révélant une tentative de faire main basse sur ce gain destiné aux journaleux du privé. En ce moment, de nombreuses sources ont indiqué l’embarras de Pascal Houangni Ambourouet, à qui Moidzang Ella Ekogha avait imposé de ne rien reverser aux médias qui « attaquent » Ngwala premier, l’objectif étant de ne rien donner aux journaleux de « l’opposition », ainsi qu’ils l’appellent.

Rien n’avance et le pognon est introuvable dans le circuit

HeaderOlamBanner

Anyambieee.

C’est bien plus tard, en fin novembre, soit un mois plus tard après que la tenue de la commission, que le ministère de la Communication a dû transmettre le fichier des bénéficiaires aux argentiers du bord de mer.

Situationkinda!

Mais là, aussi, alors qu’ils s’attendaient à ce que les choses aillent vite, la liste des bénéficiaires traîne dans les bureaux du Trésor et le silence est aussi grand que le quartier Nzeng ayong de beyok. Et si un projet de liquidation de la presse gabonaise privés étais en marche ?

Les avis sont clairs. Pas question de donner de l’argent à la presse libre et indépendante. Il faut les assécher au maximum.

De sources kongossiste, Pascal Houangni Ambourouet ferait face aux forces du très haut là-bas. Ça se raconte que le Ministre de port Gentil ne comprend rien a une situation qui énerve déjà les journaleux du ngwalanda.

La question qui consiste à savoir où se trouve le pognon des journaleux se pose depuis un mois déjà. Plus rien ne va dans les rédactions et la colère est forte, car l’attente du Miang se fait longue

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.