Setrag/ VBG: Lancement annuel de la Campagne de lutte contre les Violences Basées sur le Genre.

0 558

L’association « Agir Pour le Genre- Gabon et la Société
d’Exploitation du Transgabonais ont lancé le 8 mai 2024,à la Salle Polyvalente de l’entreprise,sise à sa base vie d’Owendo, la Campagne annuelle de Sensibilisation contre les Violences Basées sur le Genre.

Celle-ci s’étendra le long de la voie ferrée et touchera,outre la ville de Libreville, celles de Ndjolé, Booue,Lastourville et Franceville, a assuré la presidente de l’ONG, dame Nicole Nguema Metogo devant le Staff de la Setrag et les référents venus prendre part à cette rencontre.

Les Violences Basées sur le Genre sont définies comme celles ayant trait aux aspects psychologiques,économiques, sexuels, ou des pressions exercées de manière constante à l’encontre d’un employé.

HeaderOlamBanner

La Setrag qui est engagée contre l’existence des mœurs équivoques en son sein, vivra cette année, sa deuxième campagne du genre.Il sied de rappeler que le but visé par les deux parties est celui de prévenir toutes formes de Violences Basées sur le Genre en milieu professionnel, amener les employés à en prendre conscience du phénomène.Mais aussi à donner les moyens aux personnes victimes ou survivantes de ces violences à solliciter de l’aide ou à réagir le cas échéant en s’adressant aux acteurs de prise en charge prevus par le mécanisme de gestion des plaintes mis en place par les autorités.

Nicole Nguema Metogo à précisé que les questions de Violences Basées sur le Genre en milieu professionnel concernent l’homme et la femme. Elles sont à l’origine des troubles ,en ce sens qu’elles ont pour conséquences: la demotivation,la desocialisation,le stress,l’angoisse, la phobie professionnelle,la dépression qui est une maladie psychologique, l’alcoolisme ou la toxicomanie et la baisse de la productivité.

Les campagnes initiées par les autorités visent à prévenir ,la résurgence et les dérapages sociaux qui se caractérisent par des incivilités sexistes, lesquelles doivent être dénoncées ou condamnées. La finalité étant de barrer la voie aux VBG en amenant les victimes à s’exprimer. Ce pendant prévient elle, le respect de la procédure de la plainte doit être de mise pour éviter la propagation des informations infondées, susceptibles de porter préjudice à un innocent, ce qui est une forme de violence basée sur le genre.

Avant de se déployer auprès de 1600 employés de la Setrag, l’association Agir pour le Genre prévoit la formation des référents ,des rencontres avec les autorités et communautés hôtes des villes concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.