TRIBUNE LIBRE :GABON – PRIMATURE / Edgard Nziembi Doukaga

0 231

GABON – PRIMATURE. Des coups, il est le seul à en avoir pris !

PAR Edgard Nziembi Doukaga / JOURNALISTE

Ma parole de citoyen, Julien NKOGHE BEKALE est de loin, le seul Premier Ministre a avoir ferraillé dru depuis 1990.

En moins de deux ans, l’homme parti puis revenu au Gouvernement à la tête de plusieurs ministères avant de monter au 02 décembre, a géré de lourds événements (grèves instiguées, détournements de deniers publics, fragilisation du Parti Démocratique Gabonais Gabonais, pandémie du Coronavirus…etc).

La nature de toutes ces épreuves a finit par faire croire à l’opinion que les coups étaient dirigés contre l’actuel Premier Ministre qui, contre toute attente, a échappé à tous les marchés saisonniers où sa tête était sur les étals.

HeaderOlamBanner

Une partie des gabonais pense qu’il mérite certains de ces coups par naïveté et par mégarde face au cynique milieu politique.

Un impitoyable milieu qui, en fonction des agendas et des fourbes enjeux, fabrique des montres, les affaiblis ou les abats politiquement, tout simplement.

Naïveté, soit parce qu’il n’aura pas assez discerné et consulté hors de son entourage politique, soit parce qu’il aura pris pour petite monnaie, les avis et conseils de certains de ceux et celles qu’il aura pourtant pris comme collaborateurs.

Une autre partie des gabonais pense que ces coups sont donnés aux limites de sa productivité politique dans un contexte où le ciel était quasiment tombé, dans les principaux domaines susceptibles de reduire l’écart de confiance qui sépare l’autorité de l’Etat et le citoyen: la banqueroute des entreprises et le chômage massif; le gel des recrutements, des régularisation des situations administratives; la crise de l’école et de la santé publique; la dégradation des moeurs…etc.

« Il ne peut plus rien… », imagine t-on dans l’esprit de ceux qui espèrent le faire quitter la Primature, pour trouver une explication « envore officieuse » dans toutes ces annonces de son limogeage depuis décembre.

Et quand on tient débout face à de tels orages, du fait d’une base sociologique qu’on semble avoir bâtie et érigée en rempart, à défaut d’être directement abattu, on est cyniquement poussé aux fautes, puis livré à la vindicte populaire pour rendre les armes au nom de sa dignité.

De tous les PM, Julien NKOGHE BEKALE a pris assez de coups et devra encore en prendre, malgré sa témérité. Il en a trop pris « par sa faute » ou  » par volonté de servir son pays », malgré tout.

Il en a sérieusement pris. Abime Té !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.