Tchad : l’opposition boude la nomination du Premier Ministre Padacké

0 77

Le Conseil militaire de transition a nommé ce lundi [26.04.21] Albert Pahimi Padacké au poste de PM . L’opposition met le baratt. Albert Pahimi Padacke, Premier ministre de transition nommé par le CNT

Le décret signé par Mahamat Idriss Déby, président du Conseil militaire de transition, a pris de court l’opposition et les membres des organisations de la société civile. Le choix porté sur le dernier Premier ministre d’Idriss Déby Itno est donc rejeté par les elements  de l’opposition

Il a été le dernier Premier ministre avant la suppression du poste, en mai 2018, lors de la réforme constitutionnelle. Pour de nombreux observateurs, la junte au pouvoir a fait preuve de réalisme.

Albert Pahimi Padacké est un bon connaisseur du milieu politique et des associations de la société civile. Un proche de l’ancien président voit ce choix comme celui « de la raison et de l’expérience », à même de maintenir les équilibres au sein de la majorité politique. Les équilibres régionaux aussi, puisque qu’il est originaire du sud du pays. Albert Pahimi Padacké pourrait avoir plus de facilités également à entamer des discussions avec une partie de l’opposition… 

Après avoir accompagné Déby père, le voilà donc au service de Déby fils… et c’est ce qui lui vaut déjà des critiques :

HeaderOlamBanner
Albert Pahimi Padacké a été nommé Premier ministre et chef du gouvernement de transition, lundi 26 avril. (Image d'illustration)

Albert Pahimi Padacké a été nommé Premier ministre et chef du gouvernement de transition, lundi 26 avril.

Le décret a été émis par le résident du Conseil militaire de transition (CMT) du Tchad, le général Mahamat Idriss Deby.

Le leader du parti politique RNDT Le Réveil, arrivé en deuxième position à l’élection présidentielle du 11 avril 2021, dispose d’un délai de 15 jours pour proposer au président du CMT une liste de ministres pour former le gouvernement de la transition.

L’ancien Premier ministre Albert Pahimi Padacké, contrairement à d’autres, avait choisi de ne pas boycotter l’élection présidentielle du 11 avril courant.

Lors de la dernière présidentielle, Padacké l’homme du Mayo-Kebbi Ouest a sillonné le Tchad pour prêcher contre boycott de l’élection et avait appelé au rassemblement de l’opposition derrière lui pour mettre un terme à ce qu’il avait décrit comme un « régime autoritaire ».

À 54 ans, Padacké qui avait été aussi candidat aux élections présidentielles de 2006 et 2011 du Rassemblement national pour la démocratie au Tchad, aura la lourde tâche de conduire le gouvernement de transition.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.