SENATORIALES 2021| Plaidoyer en faveur d’un Sénat plus moderne et efficace

0 701

Camarades militantes et militants,Au moment où nos collectivités locales renouvellent leurs représentants au sein de la Haute Chambre du Parlement, je me permets en ma double qualité de Conseiller municipal PDG et de citoyen gabonais, de plaider en faveur d’un Sénat plus moderne afin de mieux porter les ambitions de sa vocation.Comme vous le savez, le Sénat a pour vocation de représenter les collectivités locales et de ce fait, de défendre leurs intérêts.

Il est investi de trois (3) missions fondamentales : voter les lois, consentir l’impôt et contrôler l’action du gouvernement. Le Sénat dispose également de plusieurs moyens de contrôle, notamment les interpellations, les questions écrites et orales, les commissions d’enquête et de contrôle. Les membres de la haute chambre du parlement sont élus par les « Grands Electeurs » au suffrage universel indirect. Mais depuis le 29 décembre 2020, date de l’adoption par le Parlement de la dernière révision constitutionnelle, le Président de la République jouit d’un pouvoir de nomination de certains sénateurs, 15 précisément.A cet égard, il apparait clairement que les institutions de nos Etats ne sont pas statiques, elles sont plutôt appelées à évoluer.

Le rôle et le fonctionnement de ces dernières sont définis par des hommes et des femmes qui aspirent à une transformation politique, économique et sociale de nos pays, ce, en fonction du contexte et des nouveaux défis. Afin que cette transformation soit effective, il faut préalablement réformer nos institutions de manière courageuse, sur la base des fondements solides. C’est exactement l’ambition qui anime quotidiennement le Distingué Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA dans sa grande vision politique. C’est aussi le moment de rappeler la revendication légitime de nos compatriotes, surtout ceux de l’arrière-pays, qui rêvent d’un Sénat qui œuvre en faveur de l’application de la loi relative à la décentralisation, qui s’ouvre aux questions d’intérêt public et qui porte les ambitions de développement de nos collectivités locales.

HeaderOlamBanner

C’est à ce moment que le pouvoir de nomination de certains sénateurs par le Président de la République prend tout son sens. Les plus avertis ont pu déceler une volonté politique de moderniser notre Sénat en le dotant d’un surplus de compétences pour que l’institution soit définitivement débarrassée du qualificatif familier de « garage », qui renvoie à l’idée d’une maison de retraite. Or, il s’agit bien là d’une institution républicaine où s’exerce la démocratie de notre pays. De fait, cette réforme audacieuse, fruit de la clairvoyance du Chef de l’Etat et Distingué Camarade Président de notre Parti, porte le symbole d’un Sénat qui s’ouvre à plusieurs champs de compétence qui s’appliquent aux sujets d’actualité et d’intérêt public comme les Objectifs de développement durable (ODD) ou les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

En d’autres termes, le XXIème siècle impose à nos institutions la capacité de se réinventer, de faire face aux nouveaux défis, de s’adapter au contexte et de s’arrimer aux enjeux de l’heure.C’est d’ailleurs dans ce contexte que le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Ali BONGO ONDIMBA, dans son discours de présentation de vœux aux institutions et à l’Administration le 5 janvier dernier, n’a pas manqué de déclarer ce qui suit :« Pour être fortes, nos institutions doivent résolument être consolidées, en permanence. C’est d’ailleurs la condition sine qua non de leur stabilité. Car le contexte change et il nous faut savoir nous adapter ».

Les attentes sont nombreuses et avant que le Sénat ne passe à l’action, nous pouvons d’ores et déjà être rassurés par la présomption de compétence que l’on peut légitimement prêter à cette institution.

Jo DIOUMY MOUBASSANGO Conseiller du DCP auprès du SG, Porte-parole du Parti

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.