RAP GABOMA : Quel héritage ?

0 135

De 1990 à nos jours, l’apologie du rap gabonais a fait du chemin à l’intérieur du pays comme à l’extérieur sur le continent Africain. Marqué par des grandes dates,des tubes des albums avec des groupes légendaires et festivals à couper le souffle tel que le bantou live ou encore le show du bled .
De 1990 à nos jours,le rap gabonais a pris de l’ascension et le public gaboma au fil des générations manifeste toujours sa volonté de voir enfin ses acteurs aller un peu plus loin sur la sphère des vedettes internationales comme ce fut le cas du légendaire groupe de rap Sénégalais Positif Black Soul,en passant par RAS Daraa J et autres.

MH CREW

S’il est connu que le Gabon a eu de bons acteurs Hip-hop,force est de constater qu’aucun malgré tout ce talent produit et malgré quelques représentations sur le continent ne s’est hissé sur la scène internationale dite haut niveau, et la malédiction semble perdurer .

Nous avons toujours rêvé plus haut ! A l’époque de la côte ouest Africaine, Jah Observer ( observeur) ,Bantou mix de kage pro, Mémoire vive de Didier ping sans oublier le MH ainsi que le groupe Eben d’Eric Banquet donc le souvenir en Afrique du Sud et le kora remporté reste une mémoire de grande école pour l’avenir .
Dommage pour notre beau et fière pays le Gabon.

CONSCIENCE NOIRE POSSEE

Mauvaise Haleine , Raaboon , new school , Conscience Noire ,Hayoe , prot t, Siya posse X Sectaa koba building et autres n’arriveront pas à imposer leur influence hors des limites du territoire national en terme de succès .

Aujourd’hui la question est de savoir ce qui explique cette malédiction Vieille de plusieurs décennies sachant bien qu’en terme de music le Gabon en a fait et fait mieux avec une autre catégorie Artistique

HeaderOlamBanner
SIYA POSSEE X

Avec cette volonté émergente des jeunes a s’illustrer fortement dans ce domaine vaste et agressif ,et cet engouement à faire du bon rap pour certains, quel chemin emprunter pour enfin se hisser à la pointe ?

Des textes aux musiques,le hip-hop gabonais a certainement évolué, parfois jugé comme une dévaluation au regard de certains,en passant par la naissance des structures indépendantes aux montées des nouvelles figures tels que Rodzeng , l’Oiseau rare ,Eboloko ,le Flow du Sud ,Ng Bling ou encore Don zer pour ne citer que ces derniers.

Il s’en va dire que le rap reste en place avec d’un côté quelques anciens qui ne baissent pas les bras malgré la forte présence influentes des plus jeunes dans l’incontournable sphère des réseaux sociaux

Du soupçon de perte d’originalité aux plagiats des songs nigga et ghanéen en passant par le mimétisme américain,le rap de la panthère noire a t’il perdu en identité ou recherche t’il encore une racine ?

De nombreuses questions demeurent et la faiblesse de l’industrie via la politique culturelle serait associée au manque d’ambition de certains qui se contentent du maigre spectacle au public infortuné gaboma sachant que la question des droits d’auteur demeure la.

Sur la scène internationale, aucun rappeur Gabonais n’a réussi à s’imposer et les frontières semblent toujours fermées à l’émergence d’un hip-hop qui hérite peut-être d’une malédiction qui n’est plus à présenter mais à combattre .

au moment ou les râpeurs gabonais semblent se suffirent de l’éphémère succès nationale et du faible marché locale , la question est de savoir quel héritage laisseront ils eux aussi aux futurs stars de demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.