PRIMATURE GABONAISE : les grands chantiers de l’ère Ossouka Raponda

0 65 788


La patronne de l’administration gabonaise a bénéficié récemment de la confiance des députés avec 124 voix favorables, soit 90,51% Ce qui lui permet donc de déployer son programme d’action sereinement et ainsi de remplir pleinement la mission qui lui a été confiée par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.
Depuis ce vendredi 4 septembre, Mme Ossouka Raponda, a le devoir de mettre en musique ses importantes annonces qui se résume en quatre axes stratégiques.


La première femme à occuper la tête du gouvernement gabonais et son équipe vont surement donner un nouvel élan de dynamisme à la politique d’Ali bongo ondimba pour un Gabon qui se porte mieux.
En effet la maîtrise du risque sanitaire lié à la Covid-19 s’impose pour la relance et la croissance de l’économie,
Ce nouveau gouvernement aura donc comme priorité de promouvoir la bonne gouvernance et préserver notre modèle de redistribution de la richesse.
L’accélération du chantier de la reforme du système sanitaire.
C’est l’esprit du premier axe de la feuille de route présentée par le Premier ministre aux députés. Pour aller plus loin en paroles, elle n’a pas sourcillé en citant Jean Bodin, « Il n’est de richesse que d’hommes ». Autrement dit, elle a placé la santé des Gabonais au cœur de l’action gouvernementale qu’elle entend mener. Ceci se justifiait par le contexte actuel de la crise sanitaire mondiale d’une ampleur inégalée. Toute situation consécutive à la propagation à l’échelle planétaire de la pandémie de la Covid-19. La crise sanitaire est donc présente et le Gabon ne peut faire exception. Comme qui dirait, à situation exceptionnelle mesure exceptionnelle. D’où la réelle nécessité de rendre plus performant et plus accessible le système sanitaire.

HeaderOlamBanner

Le rêve et l’espoir au peuple.
La relance de la croissance passera par ce schéma, afin que chacun se réalise. C’est en filigrane l’armature de la stratégie de relance. Avec entre autres, comme point d’orgue, l’investissement dans les travaux publics. Raison toute donnée d’accélérer les réformes amorcées. Et surtout, de poursuivre les grands projets d’investissement en travaux publics, financés en partenariat public-privé ou sur fonds étatiques. Tout comme, il demeure d’actualité de poursuivre et de consolider les investissements dans les domaines prioritaires, en soutenant activement les projets en cours dans les secteurs porteurs de croissance et de résilience économique. Dans cet ordre d’idée, on note : l’agriculture, la pèche, le tourisme, le numérique sans oublier le secteur des hydrocarbures qui va demeurer pour longtemps encore, le carburant de notre marche vers notre modèle de transformations, a expliqué l’ancienne édile de la commune de Libreville aux députés.
Mme ossouka et son gouvernement s’engage donc à stimuler l’investissement dans tous les domaines en ayant à cœur de créer des emplois pour la jeunesse et réduire ainsi le chômage. Aussi s’est-il résolu à créer autour du secteur privé, et notamment des très petites, moyennes et grandes entreprises, un environnement favorable aidant l’État à relever le défi de la préservation des emplois existants et de la création de nouveaux postes.
La nécessité d’une bonne gouvernance.
C’est en effet le troisième axe de son action , les efforts d’optimisation des ressources publiques et de maîtrise des dépenses sont en cours. Et c’est tout le sens de rationalisation, d’organisation et de fonctionnement de l’État. Des marges de manœuvre conséquentes doivent donc être dégagées en gérant autrement la politique d’endettement et, en réduisant le poids de la masse salariale.
La redistribution de la richesse.
Mme le Premier ministre a évoqué la préservation du modèle de redistribution de la richesse, il faudrait poursuivre, avec plus de méthode, les efforts de préservation du modèle social de redistribution actuel. La gouvernance de nos caisses et leur viabilité doivent être, entre autres examinées avec minutie.
En somme , Mme ossouka et son équipe ont pour mission d’assurer la relance économique et l’accompagnement social sous la pandémie du COVID-19.

Pour y parvenir, la cheffe assure que ses collègues et elle-même s’attèleront à la tâche « de manière progressive, tout en mettant le contrôle dans tout ce qui sera fait ».

Aussi, annonce-t-elle qu’« un chronogramme » détaillé sera rendu public dans les tout prochains jours, qui permettra aux élus et à la population d’avoir la traçabilité sur les différentes actions à mener, en vue de matérialisation des projets annoncés récemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.