NTOUM : Litige foncier :

0 84,348


la mairie de ntoum réclame les 156.988 m² d’Alarmitang qui sont bel et bien sa propriété.
La mairie de ntoum met fin aux ambitions de certains compatriotes véreux de la commune de ntoum à travers un autre bras de fer qui l’oppose à une famille du coin.


En effet nul ne peut prétendre être détenteur d’une parcelle sans en avoir les documents légaux émanant des juridictions compétentes.
Les descendants de la famille du défunt Essono Obiang Jean César, représentée par son épouse, veuve Jeannette revendique bec et ongles un terrain appartenant à la Mairie de Ntoum depuis le 16 février 2017, sous le N°0000273/MUHSL/ANUTTC/DG/DPE, portant session en toute propriété à titre gratuit.


Cest l’objet de ce bras de fer houleux qui justifie les multiples réunions et autres assemblées organisées en vue de régler le litige foncier dont il est question dans la ville de Ntoum.

Depuis quelques jours le maire de la Commune de Ntoum Juste Parfait Biyogo B’Otogo à travers une correspondance adressée au préfet du département du Komo-Mondah aura fait la lumière à titre d’information auprès de ce dernier sur la situation de ce site.


En effet , la mairie de ntoum réclame la vérité à travers le rapprochement entre le rapport de la conservation foncière de la société Sim Gabon victimes du même trouble orchestré par la même famille, ainsi qu’à l’endroit de l’institution municipale de Ntoum.

HeaderOlamBanner


La mairie de ntoum condamne la mauvaise foi qui anime la famille et l’épouse du défunt Essono Obiang dans cette affaire.
À partir des Termes de référence dudit compte compte-rendu, Il en ressort les faits suivants:

le Titre foncier N°5664 de Sieur Essono Essono Obiang Jean Paul, par un bornage frauduleux exécuté par le géomètre Phil Philo Abessolo est passé de 4 ha 90 à 61 ha 43 (Doc 4) ; qu’après découverte de cette supercherie, le ministre Jacques Adhiaenot, malgré la requête introduite par feu Essono Obiang Jean Paul, a tenu la suite d’un compte-rendu de réunion d’un géomètre Guy Semelle (Doc 6) qui a procédé à un bornage rectificatif du Titre foncier N°5664 et celui-ci a été transmis au conservateur de la propriété foncière .

En Somme, les manœuvres frauduleuses entreprises par la famille Essono Obiang contre la Mairie de Ntoum, ne sont rien d’autre que de la pure distraction.

L’ incohérentes des limites sont fortes, preuve que la parcelle du site d’Alarmitang appartient bel et bien à l’État via l’institution municipale de Ntoum et, ne saurait souffrir d’aucun litige foncier.

Il revient aux autorités cadastrales et topographiques de faire leur travail pour le bien de l’intérêt général et celui des populations du moko mondah.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.