Nomination de Noureddin Bongo : l’indignation de Ndong Sima

0 2,636

L’ancien PM de Ngwala premier
( 2012 à 2014 )
Raymond Ndong Sima dit que que la création de la fonction de Coordinateur général des affaires présidentielles n’est pas opportune. C’est une mauvaise décision .

Moidzang NDONG sima dit que c’est un chiba !

Raymond Ndong Sima estime que la «création de la fonction de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles est une mauvaise décision de Ngwala premier

Kieeeeeee!

Le débat sur la création du poste de Coordinateur général des affaires présidentielles et la nomination du fils du tété créé la palabre au Ngwalanda

Noureddin Bongo Valentin occupe déjà le fauteuil et certains crient au manquement

L’ancien Premier ministre de ya Ali Bongo, de 2012 à 2014, Raymond Ndong Sima, s’est exprimé le 11 décembre sur ce débat. Dans un post sur sa page Facebook

l’ancien PM boude cette promotion, Il y voit «une stratégies de conservation et de consolidation du power».

HeaderOlamBanner

Pour cet ancien chef du gouvernement et ancien candidat à la présidence de la République, «le débat sur la fonction de Coordinateur général des affaires Présidentielles qui a lieu depuis le 5 décembre dernier illustre à merveille le fossé qui s’est creusé entre le sommet de l’État et le reste du pays».

Akieeeeeee! Le gros fala

Raymond Ndong Sima s’étonne et pense qu’il ya du mépris dans ça .

«Pendant que le peuple se débat pour savoir comment joindre les deux bouts, aller de Libreville à n’importe quelle autre ville du pays, y compris pour aller y enterrer ses morts, la nomenklatura affine ses stratégies de conservation et de consolidation du pouvoir».

«Non, la création de la fonction de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles crie t’il depuis son QG du pk8

L’ économiste dit que «le premier assistant du président de la république au Gabon et partout ailleurs dans le monde est son directeur de cabinet».

«Il voit tous les dossiers qui arrivent sur la table du président, assiste à tous ses entretiens. Omar Bongo a bien nommé Pascaline Bongo directeur de son cabinet sans que cela ne soulève de protestations véhémentes», a-t-il rappelé.

Gnamoro NDONG sima propose une voie médiane : «il y a des moments où il faut savoir reculer et tenir compte de l’opinion des autres». Pour lui, «ceux qui argumentent pour justifier la création de cette fonction qu’elle soit ou non confiée au fils du président, l’enfoncent dans l’erreur.

Et si cette fonction était confiée à un autre gabonais, elle ne serait pas plus acceptable», a-t-il mis en garde.

Affaire compliqué ooooo
Ici a kinguele on a coupure de courant depuis le matin et la bière est trop chaude mmmmmmm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.