Mort d’Idriss Déby : comme une odeur de printemps équatorial ?

0 118

Monsieur Idriss Déby serait décédé mardi des suites de blessures reçues alors qu’il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord durant le week-end, a annoncé la télévision d’Etat du tchad.

Une version qui peine à convaincre les analystes et autres observateurs de la vie politique africaine notamment ceux de la redaction de Mapane infos..

Ses dernières années, deby fut l’un des rares chefs d’État d’Afrique de la zone équatoriale qui au fil du temps avait acquis une certaine liberté de ton vis-à-vis des colons. Son assassinat dans des circonstances troubles et qui ressemble plus à une liquidation qu’à un acte de guerre nous orientent vers des interrogations pour un débat ouvert.

Idriss Déby a  t’il été assassiné dans un vaste plan complot qui pu l’odeur de la France Afrique ?

Souvenons-nous d’une importante missive confidentielle du ministère des affaires étrangères français qui aura laissé plus d’un interrogatif sur les réseaux sociaux de par sa teneur.

En effet, la lettre du continent faisait état des prouesses de Vincent Hugeux, mercenaire au service des intérêts français qui avait été obligé de publier des contours d’un vaste plan de renversement des pouvoirs africains de la zone équatoriale.

Cette publication laissait entendre que la préoccupation de la France était d’opérer en toute discrétion avec l’aide d’un corona virus pouvant provoquer des printemps équatorial grâce à la misère et aux grognes qui en découleraient.

La volonté de se débarrasser de l’image terne qu’elle aurait acquise au gré de l’assassinat de plusieurs dizaines des chefs d’États africains francophones depuis les indépendances guiderait t’elle cette nouvelle démarche ?

Loin de vouloir lâcher l’Afrique, la France observe avec douleur ses intérêts baisser sur le continent.

Les cibles seraient, elles identifier  pour relever la pente et restaurer l’ordre voulu ?

La stratégie serait, elle mise en place et les cibles identifiées. ?

Déby Itno faisait il parti d’une liste secrète et longue ?

Une liste ? Si oui  avec combien de noms ?

HeaderOlamBanner

Qui sont dans le collimateur à cause de leur insoumission supposée.

Deby était il réellement un bon partenaire diplomatique et peu encombrant pour l’Elysée ?

La France estime  que Déby fut un bon ami et un rempart contre le terrorisme au Sahel. Au fond, rien n’est sincère dans cette amitié, sinon ils auraient rendu à l’ami tous les efforts qu’il a consentis pour la paix au Mali, contre Boko_aram…

Après l’assassinat  du président Déby, on peut s’étonner de la vitesse avec laquelle Monsieur Macron a légitimé les militaires au pouvoir, sans même tenir compte de la violation flagrante de l’ordre constitutionnel.

Les circonstances de la mort du maréchal itno demeurent encore floues et soulèvent des interrogations qui suscitent des hypothèses. L’homme pourrait avoir été purement et simplement éliminé… Par les siens avec l’aide d’une main obscure… Laquelle ?

 l’accaparement du pouvoir par les hommes en uniforme, avec la mise en place express d’un Conseil militaire de transition (CMT) présidé par le propre fils du défunt Président, dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale, couvre-feu, fermeture des frontières, etc..
Tout ceci, alors que le pays est régi par une Constitution qui prévoit qu’en cas de vacance du pouvoir, « c’est le président de l’Assemblée nationale qui doit assurer l’intérim jusqu’aux nouvelles élections », comme l’a confié Évariste Ngarlem Toldé, doyen de la faculté des sciences juridiques et économiques de l’Université de Ndjamena à la BBC. Et l’universitaire de conclure : « ce conseil militaire de transition n’a pas sa place. Pour moi, c’est un coup d’État ».

Avec une analyse objective, le déroulé des événements, la rapidité avec laquelle les décisions ont été prises après la mort du Président tchadien suscite des nombreuse interrogations.

Les conclusions de la rédaction de Mapane infos sont sans complaisance quand beaucoup de questions restent sans réponse concernant les circonstances réelles de la mort de celui qui vient d’être réélu pour un sixième mandat  

Où exactement était le Président Déby quand il a été atteint ?

Combien de personnes sont tombées dans sa garde rapprochée ?

 Y a-t-il eu une faille dans son dispositif sécuritaire dirigé par son propre fils et désormais successeur, Mahamat Idriss Déby ?

La rédaction de Mapane infos pense que le désormais ex-Président tchadien aurait été assassiné par sa propre garde, puisque selon ces sources, le cortège d’Idriss Déby serait resté loin de la zone de combats. Le mystère reste, pour l’instant, entier, mais il y a des raisons de douter de la certitude des informations distillées par le haut commandement militaire tchadien. Peut-être qu’un jour, la vérité finira par pointer… À l’horizon.

Peu connu du grand public, le jeune général Mahamat Idriss Déby, qui apparaissait régulièrement aux côtés de son père Idriss Déby Itno dont il coordonnait la sécurité rapprochée au moindre déplacement, a pris mardi la présidence du Conseil militaire de transition. Il semble devenir le nouvel homme fort du Tchad. 

En définitive, les pouvoirs d’Afrique centrale devraient avoir à se soucier, car l’agenda de la France peut encore nous surprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.