MAIRIE DE LIBREVILLE : COMME UNE PLUIE DE LICENCIEMENT.

0 78

Le licenciement collectif du maire de la ville de Libreville, Léandre Zue de certains conseillers, chargé d’études et autres étonne plus d’un en ce début d’année 2020. S’agit-il d’un règlement de compte ? Où d’une suspension à titre conservatoire desdits agents communaux rendue publique à travers une notification?

Pour avoir été nommés respectivement au Cabinet du Maire, au Secrétariat Général et au sein des Directions Générales (de la santé publique, de l’environnement, des affaires économiques), plus d’une soixantaine de fonctionnaires de la mairie de la capitale gabonaise devront vider les lieux.

HeaderOlamBanner

Cette suspension à titre conservatoire d’au total 68 agents communaux fait suite à une mission d’inspection ayant relevée des dysfonctionnements.

« En application des dispositions de la note de service n° 0871/PE/CL/CABML/2019, portant suspension des agents de la Commune de Libreville du 26 décembre 2019, il est demandé aux agents suspendus par ladite institution, à prendre attache avec le Directeur de Cabinet pour le personnel relevant du Cabinet politique du Maire et le Secrétariat Général de la Mairie de Libreville pour le personnel administratif », renseigne la lettre de notification du maire de la ville de Libreville, Léandre Zue.

Cependant, les agents suspendus de la mairie de Libreville ont dénoncé leur licenciement et entendent recourir à la justice.

Il doit en effet, être mis en place un comité ad hoc chargé d’étudier conformément aux dispositions de la convention collective applicable au personnel de la commune de Libreville, les modalités de licenciement et de suspension à titre conservatoire, ainsi que d’évaluer les droits sociaux desdits agents.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.