KYE-OSSI : le paradoxe de l’intégration sous-régionale

0 83


Même si le rideau sur ce périple s’ouvre sur un contraste : des bâtiments ultra modernes d’un côté et un monde noir de l’autre, on n’ira pas jusqu’à croire qu’Ebebeyin , Kyé-ossi et meyokie ne partagent ni la même histoire ni d’autres valeurs, en africains bien sûr : valeurs d’hospitalité et de solidarité.

Mais la fréquence des annonces : « les autorités équato-guinéennes ont ordonné la fermeture de la frontière le temps de voir plus clair dans ce qui apparait comme une menace de déstabilisation de la Guinée équatoriale » donne à réfléchir.

Plus encore, et en dépit des conventions, et notamment de la suppression du visa pour tout ressortissant de la CEMAC circulant dans l’espace communautaire, on apprend la construction d’un mur sur la zone sœur équato-guinéenne qui sonne comme une mise entre parenthèses de la communication entre camerounais et Equato-guinéens , gabonais ainsi que des échanges commerciaux sur la zone de Kye-ossi.

Il s’agit bien là d’un paradoxe.

HeaderOlamBanner

On parlait de menace à la stabilité et à la paix, avant corona virus. Et il n’existait alors qu’un mur de glace.

Aujourd’hui la menace a changé de dénomination.

Elle serait relative à la contamination à la pandémie à corona virus dont on sait le Cameroun détenir le record de cas en Afrique centrale. Et au-delà.

Et ce n’est pas un mur de glace qui mettrait les Equato-guinéens hors de menace.

Mais un mur de fer matérialisé au fil barbelé apparaît comme un paradoxe du père Obiang Nguema MBAZOGO.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.