JUSTICE :la directrice de l’école de kango retrouve sa liberté.

0 564

L’enseignante et Directrice de l’Ecole primaire de Kango (100 km de Libreville), Estelle Mengue Nteme, récemment écrouée à la prison centrale de libreville pour « outrage à agent et rébellion » le 29 janvier retrouve sa liberté ce jour mercredi après avoir purgé toute sa peine une légère peine.

Mme Estelle Mengue Nteme a été condamnée lundi à 35 jours de prison dont 25 fermes.
Le reste avec sursis. L’enseignante aura totaliser ses 25 jours de prison ce mardi 23 février 2021.

Estelle Mengue Nteme a été incarcérée à la prison centrale de Libreville le 29 janvier 2021. Ses ennuis ont commencé en octobre 2020 à cause du Covid-19.

L’enseignante se rendait à son poste de travail à Kango.

HeaderOlamBanner

Au poste de contrôle de Ntoum (40 km de Libreville), un gendarme lui a demandé de présenter son test Covid. Elle a répondu qu’elle ne sortait pas de l’Estuaire.

Le gendarme ordonne qu’Estelle Mengue Nteme descende de la voiture.
Le feu s’est allumé.
L’enseignante sera arrêtée à son domicile de Kango 3 mois plus tard puis jetée en prison.ce fût le début de ses ennuies judiciaires.

Gabon: l’enseignante Estelle Mengue Nteme libre

En effet, la mobilisation de ses pairs enseignants a finalement porté ses fruits. La justice ayant finalement décidé hier de la levée de son incarcération après 25 jours passés en prison. «  Nous tenons à remercier Dieu le créateur pour notre collègue Mengue Nteme Estelle qui a recouvrée la liberté ce lundi 22 février 2021, et qui nous a soutenu dans cette preuve. Nous tenons également à remercier les enseignants et les non-enseignants qui ont fait preuve de solidarité à tous les niveaux pour sa mise en liberté  », a déclaré le délégué général de la Conasysed, Louis-Patrick Mombo.
A l’origine l’enseignante et directrice d’école avait été condamnée à 60 jours de prison dont 35 jours avec sursis, pour outrage à un agent des forces de l’ordre. La Conasysed avait appelé le 8 février à la suspension des cours pour obtenir sa libération.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.