GRÉVE AUX EAUX ET FORETS: le Synapef a été chargés à coups de bombes lacrymogènes.

0 106

Au cours d’un mouvement d’humeur au ministère des Eaux et Forêts, le 1er septembre à Libreville, les agents du Syndicat national des professionnels des eaux et forêt (Synapef) ont été chargés à coups de bombes lacrymogènes. Ordonnée par le directeur de cabinet du ministre, cet acte de répression conforte les grévistes dans leur mouvement, comme l’a rappelé le président du Synapef dans cet entretien accordé à Gabonreview. «Nous n’arrêterons notre mouvement que lorsque nous aurons eu gain de cause», a prévenu Didier Atome Bibang.

Depuis le 15 juin il est question d’une grève générale illimitée que le synapef aura initié en guise de revendications aupres du ministre lee white

malgres la forte agitation de ce jour le Synapef ne désarme pas contre Lee White , accusé d’entretenir «un climat malsain et chaotique» au sein du ministère de la Forêt.

plusieurs charges de bombes lacrymogènes a l’origines de blessures.

réunit en assemblée ce jour a l’entrée du ministère des eaux et forets , les syndicalistes ont reçu plusieurs charges de bombes lacrymogènes a l’origines de blessures et autres traumatisme, signe d’un bras de fer houleux qui se joue entre monsieur lee white , la gendarmerie et le synapef .

le synapef fustige le non avancement des negociations , d’ou la decision d’intensifier le mouvement, notamment au niveau du ministère où il était tres nombreux ce matin et très visible.

HeaderOlamBanner

Le ministre en charge des Eaux et Forêts s’est prononcé récemment sur la grève lancée il ya quelques mois par le Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts(Synapef).

La grève du Synapef jugée «maladroite» par Lee White.

S’il dit comprendre le principe, Lee White trouve la démarche du Synapef «maladroite» en période de Covid-19.

Excédés par sept ans de mauvaises conditions de travail, le Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (Synapef) souhaite mettre fin au super règne du ministre lee white a la tète de leur administration d’ou l’intensification de cette grève générale illimitée .

Le syndicat exige également l’instruction des missions de terrain en conformité avec les prérogatives spécifiques des différents services du ministère. Il est aussi demandé au Premier ministre de réhabiliter le Centre national anti-pollution et le retour des activités de ses agents, «suite à la décision de la Cour constitutionnelle n°15/CC du 14 mars 2020, invalidant la loi portant suppression de certains services publics».

Au regard de cette «mobilisation historique», le Synapef a appelé à ne pas céder aux «intimidations», mais à rester fermes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.