CATALOGUE CHALLENGE ARTISTIQUE GABOMA :instrument de haine ou de paix ?

0 8 462

Depuis quelques jours, la toile brûle sur un sujet d’actualité et peu banal, le challenge rapologique opposant deux grosses pointures du monde hip hip gabonais.

les différentes pages des férus du rap sont désormais des instruments de propagande des messages haineux.

Les internautes gabonais notamment les plus jeunes ont fait de cette rencontre Musicale et virtuelle une compétition qui n’en est pas une en réalite mais plutôt l’expression de la richesse culturelle de notre pays incarnée par deux rappeurs qui ont su la valorisée.

Le désormais «catalogue challenge » serait devenu le cataliseur de la haine et la source de division ?

À la base, un concept original avec objectifs d’égayer nos journées stressantes face à la ménace d’ un covid-19 aux multiples conséquences confinentes.

Créé par le compatriote lestat xxl , afin de promouvoir au mieux des jeunes artistes gabonais sur la toile .

Le rap serait -il entrain de ramener son esprit de haine et de violence sur la scène médiatique gabonaise ?

De l’avis de plusieurs observateurs ,
Il est triste de constater que cette belle initiative verse désormais dans la division , la haine , l’injure et le sectarisme.

Dans notre compréhension,
Le Catalogue challenge n’est pas un clash. Il est question d’ une rencontre artistique conviviale entre deux artistes qui viennent présenter à tous les internautes un extrait du meilleur de leur collection musicale.

La suite paraît triste et curieuse. L’incitation à la haine , des injures et des prises de positions virulentes et parfois politiques.

Depuis cette rencontre Musicale la division s’installe sur la toile.

Les rapeurs sont des poètes de la rue,
Des penseurs libres avec des tendances multiples pour la satisfaction d’un public large .

Tous les textes hip hop ne se ressemblent pas .

Les chansons des rapeurs sont inspirées des histoires et des parcours différents .

En exemple:
Tu consommes la castel et ton frère la beaufort ( a chacun son goût )

Accepte la différence entre Franck et 16 qui sont chacun ( bon ) dans des thématiques et choix artistique différents.

HeaderOlamBanner

Non a la pensée unique.

Pourquoi vouloir imposer son choix artistique à un plus grand nombre sans tenir compte de la sensibilité de ceux-ci ?

Comme dans un restaurant , Les rappeurs ont des menus différents comme proposition et c’est cette variété qui fait le charme d’un rap gabonais qui ne souffrira plus d’uniformisation car
Chacun a son talent, chacun est bon dans sa tendance .

Les rapeurs gabonais ne feront jamais la même choses svp.

Hadcord, puriste , hit maker, lovers, variett. Engagé …Etc

Le choix au peuple

Les fans opposent leurs artistes à travers des comparaisons ridicules et limitées .

Lord Ekomy Ndong et Franck Baponga sont deux valeurs sûres de la scène musicale gabonaise.

L’ un est un showman, un hit maker qui a choisi de vivre au Gabon et qui rappe pour tous les gabonais sans exclusion, ni intrusion dans les débats houleux qui font l’actualité politique au Gabon ( ba’ponga ).

L’autre est un jeune gabonais qui, a connu la liberté d’expression occidentale très tôt avec une initiation très rapide aux réalités gabonaises souvent révélées dans l’hexagone à travers des conférences et autres débats plus fournis. Le tout associé à son attachement pour l’histoire africaine et la tradition gabonaise.

Ekomy fait de sa liberté d’expression hexagonale un atout pour écrire des textes militants , engagés et provocateurs a l’égard d’un système qui fraîne les rêves de la jeunesse gabonaise ( ekomy ou 16).

leurs œuvres sont des hits au Gabon et la jeunesse s’en régale depuis toujours.

A l’évidence, ce sont des jeunes artistes majeurs gabonais, émérites, talentueux et différents .

Les opposer musicalement est une bêtise et un risque pour une jeunesse gabonaise qui manque de repères.

Magnifier l’un et diminuer l’autre ne nous apportera rien de grand.

Challenge catalogue oui et non un clash pour que vive la complémentarité et l’unité a travers la musique.

Il est clair que ce challenge reste une belle initiative, mais les organisateurs ont un grand devoir de pédagogie pour mettre davantage en avant les aspects positifs d’unité ,d’amour ,de complémentarité et autres valeurs utiles.

Ekomy aura séduit avec sa musique et ba’ponga aura convaincu avec ses sons.

Chacun d’eux aura confirmer aux internautes l’étendue de leurs énormes talents pour que vive la continuité du challenge catalogue artistiques GABOMA initié par xxl.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.