PROJET DE CONTOURNEMENT DE L’AD/ les inquiétudes des populations impactées

0 10

Le Comité local de réinstallation pour la construction d’une route et bretelle d’accès au nouvel aéroport international Léon Mba et les Personnes affectées par le projet (PAP) ont exprimé, le 22 octobre à Libreville, leur mécontentement sur les compensations, indemnisations et restauration du niveau de vie et les moyens de subsistance. Face à l’«injustice» et le «traitement dégradant et inhumain» qui leur est réservé, les plaignants ont sollicité l’intervention d’Ali Bongo pour «éteindre ce foyer de tension qui s’annonce, et susceptible d’amener les populations à la violence».

Les voix s’élèvent au-dessus de la voie de contournement de l’aéroport de Libreville. Le Comité local de réinstallation pour la construction d’une route et bretelle d’accès au nouvel aéroport international Léon Mba et les Personnes affectées par le projet (PAP) ont exprimé, le 22 octobre à Libreville, leur mécontentement sur les compensations, indemnisations et restauration du niveau de vie et les moyens de subsistance. Les PAP regroupent les exploitants agricoles et propriétaires des infrastructures et parcelles résidants dans les quartiers Camp de Gaulle, Alibandeng, Akiliba et Okala-Mikolongo, dans le 1er arrondissement de la Commune de Libreville

«Au cours de la réunion présidée par madame le gouverneur à l’auditorium du ministère de l’Économie, le 22 septembre 2022, nous avons sollicité officiellement le retour des résultats de nos réclamations sur la liste individuelle des biens recensés par le cabinet Insuco ; ladite réclamation n’a jamais eu de suite favorable. Deux semaines plus tard, nous avions été invités pour les compensations sans que nous soyons édifiés sur les montants alloués à chacune des personnes impactées», ont affirmé les plaignants.

Des compensations financières imposées ? 

HeaderOlamBanner

Selon eux, les montants des compensations proposés ne sont pas à la hauteur de leurs investissements. En effet, le constat qui ressort desdites compensations est que : le choix d’une maison divisée en deux pour deux familles nombreuses encore non construites et, les montants dérisoires des indemnisations en espèce avec la promesse d’une parcelle de 500 mètres carrés encore invisible. 

L’appréciation de ce choix imposé par le promoteur (à prendre ou à laisser) aux personnes affectées par le projet est celle-ci : la perte des locataires bien avant le relogement ou la compensation financière des propriétaires (depuis le mois d’août 2022) ; le non-respect par le promoteur de la promesse du paiement de trois mois de loyers aux locataires qui n’ont reçu que 120 000 francs CFA alloués à leur déménagement ; les compensations financières imposées aux propriétaires après les deux évaluations faites par les agents de l’ANUTTC, du ministère des Travaux publics et de l’Agriculture ne correspondent pas à la valeur réelle des infrastructures qui varient entre 1,4 et 20 millions de francs CFA selon la valeur de la maison et sans transparence.

Ali Bongo appelé à la rescousse

Face à cette réalité, les membres du Comité local de réinstallation pour la construction d’une route avec bretelle d’accès au nouvel aéroport international Léon Mba de Libreville et les personnes affectées par le projet GSEZ-Olam ont dénoncé, avec la plus grande fermeté et énergie, «cette injustice, ce traitement dégradant et inhumain qui nous est réservé». Ainsi, ils ont sollicité «l’intervention urgente d’Ali Bongo pour «éteindre ce foyer de tension qui s’annonce et susceptible d’amener les populations à la violence»

Ils souhaitent par ailleurs l’intervention des bailleurs de fonds internationaux. «Car nous avons de sérieux doutes sur la sincérité du rapport financier définitif qui vous sera transmis. Un rapport alternatif des personnes affectées par le projet vous sera envoyé avec toutes les pièces justificatives en notre possession», a affirmé le Comité local de réinstallation pour la construction d’une route et bretelle d’accès au nouvel aéroport international Léon Mba de et les Personnes affectées par le projet. Enfin, celui-ci a demandé la «mobilisation des personnes affectées par le projet, de défendre leurs droits (infrastructures et parcelles)». 

Le projet de contournement de l’aéroport est intégré dans un ensemble plus vaste qui est celui du réaménagement de l’aéroport de Libreville, avec la construction d’une nouvelle aérogare du côté est ainsi qu’une voie de desserte qui prendrait son origine au Carrefour Camp de Gaulle pour déboucher au dispensaire d’Okala. La route est prévue pour être livrée à la fin de l’année 2023. Il sera exécuté dans le cadre d’un partenariat Public-Privé, entre l’État et GSEZ Airport, concessionnaire de l’aéroport international de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.